STRESS ÉMOTIONNEL ET SOMATISATION

STRESS ÉMOTIONNEL ET SOMATISATION

L’on associe souvent souffrance mentale et souffrance physique, qu’en est-il exactement ?
Certes, le lien STRESS ÉMOTIONNEL → TROUBLES VISCÉRAUX est l’objet de nombreux échanges entre hypocondriaques. Voyons un peu ce qu’on peut en dire…

PSYCHOSOMATISATION ? ATTENTION !

Lier systématiquement tout problème de santé à une cause psychique permet d’apposer une étiquette, sans plus. Mieux vaut consulter.

On ne peut se permettre d’exclure d’autres possibilités : microbes, virus, substances nocives, héritage génétique, etc. génèrent également des maladies et provoquent souvent l’inverse : la souffrance physique devient le déclencheur de la souffrance psychique.

De toute façon, dans la majorité des cas, la personne finit par consulter son médecin car savoir que la cause est psychosomatique ne soulage en rien la douleur ressentie.

Le terme psychosomatique désigne des affections de pathologie générale, relevant en partie ou en totalité de facteurs psychologiques, conscients ou le plus souvent, inconscients ; pensez au rôle de l’amygdale limbique et de l’hippocampe. Ces affections sont une conséquence du stress émotionnel, dont les mécanismes neuro-hormonaux commencent depuis peu à être identifiés par les neurosciences.

LES MALADIES ET LE STRESS ÉMOTIONNEL

Selye n’a pas fait qu’inventer le mot STRESS, et le résultat de ses recherches demeure d’actualité. Il invoque l’exemple de la chaîne dont le maillon le plus faible cédera le premier. Pour Laborit, le stress est dû à l’inhibition de l’action.

Resté figé sur place dans la routine, ne pas évoluer ou s’enfermer dans la nostalgie, sont des facteurs de stress. Le cerveau fonctionne sur un mode déductif-évolutif et l’é- motion (mouvement) est son moteur de mise en action.

Pas d’action nouvelle = stress émotionnel qui entraîne le BURN IN, contrairement au stress relationnel qui lui engendre le BURN OUT

Le STRESS ÉMOTIONNEL modifie le terrain, effondre les défenses immunitaires, accumule des réserves d’énergie refoulées et par là, nocives à l’organisme. Il a les mêmes effets que le stress physique, toxique, infectieux avec de plus la permanence, car la mémoire affective du système limbique en perpétue le potentiel.

STRESS ÉMOTIONNEL OU STRESS CHRONIQUE ?

Le stress émotionnel est souvent un stress chronique. Ce n’est pas toujours un événement qui bouleverse, intense et soudain, mais souvent une situation stable, paisible d’apparence mais à contenu contraignant.

Vivre des situations où le « moi » se sent dévalorisé ou considère sa fonction comme dévalorisante. Par exemple un infarctus dans un groupe d’ingénieurs astreints à une tâche sans prestige.

La qualité de l’émotion n’est pas seule en cause. Souvent, la soudaineté ou l’intensité peuvent être stressantes même pour une émotion heureuse. Par exemple, la mort soudaine d’un maire apprenant sa réélection.

PSYCHOSE ET NÉVROSE

La PSYCHOSE, une affection mentale avec une atteinte globale de la personnalité (pensez aux psychopathes… de plus en plus nombreux qui tuent nos enfants) par le processus pathologique, ne présentant pas d’atteinte organique contrairement à la NÉVROSE.

La NÉVROSE, affection nerveuse très répandue, liée à la vie psychique ne provoque pas d’altération de la personnalité mais peut entraîner des troubles fonctionnels ( mal de tête, mal au dos, spasmes, palpitations, fatigue, etc. .), ou apparents dans la conversion hystérique (paralysie, contractures, aphonie, etc.), plus rare aujourd’hui.

Les névroses sont un mode de défense, quand les conditions de la vie dépassent les possibilités d’adaptation. L’hystérie, par exemple, forme d’aménagement de l’émotion, libère dans ses manifestations théâtrales et excessives, la dynamique subconsciente et par là se protège contre les conséquences organiques du stress.

Névrose et maladie psychosomatique génèrent des manifestations émotives et ont en commun le vide identitaire. Dans la vie moderne où les émotions sont pudiquement contenues, l’hystérie régresse ou se transforme mais les troubles psychosomatiques semblent augmenter.

STRESS ÉMOTIONNEL ET DÉPENDANCE AFFECTIVE

Avez-vous déjà vu un dépendant affectif qui ne souffrait pas de l’un des maux cités ci-contre  ? Le moteur du dépendant étant la réaction et non pas l’action, son inhibition comportementale le rendra sujet à des troubles psycho-physiologiques.

Ajoutons que le dépendant affectif étant exposé à des formes d’angoisse existentielle, cherchera un soulagement dans l’usage de psychotropes licites ou non.

C’est le fléau du siècle ! La perte de repères et de valeurs enracinées est génératrice d’angoisse chronique et provoque des dérives de plus en plus préoccupantes.

POUR TERMINER

Voici une liste non-exhaustive des pathologies fonctionnelles:

Digestives : troubles de la déglutition, reflux gastriques, ulcères, digestion lourde.
Cardio-vasculaires : douleurs thoraciques, tachycardie, angine de poitrine
Respiratoires : asthme, toux, bronchite chronique, emphysème
Hépato-vésiculo-pancréatiques : difficultés de digestion, migraines, cervicalgies, congestion et coliques, diabète.
O.R.L. : troubles de la lacrymation, conjonctivite, rhinites allergiques, sinusites, acouphènes, migraine et céphalées.
Génito-urinaires : énurésie, anurie, douleurs ovariennes, troubles vaginaux, cystite, stérilité.
Cutanées : démangeaisons, prurit, urticaires, eczéma, verrues
Hormonales : hypo ou hyperthyroïdie, insuffisance hypophysaire, insuffisance surrénalienne
Psychiques : hyper ou hypo-activité intellectuelle, anxiété, état dépressif, angoisses, cauchemars, troubles de la mémoire, retards scolaires, insomnies, somnolence, hyperkinésie, irritabilité ou agressivité, asthénie, anorexie, troubles de l’éjaculation, troubles de la lubrification vaginale, impuissance
Métaboliques : cellulite, obésité, rétention hydrique
Ostéo-articulaires et musculaires : douleurs musculaires, pseudo tendinites, fatigabilité musculaire, crampes.

Nous pourrions continuer à l’infini, le retentissement corporel du stress émotionnel étant considérable.

Guy Hauray

Consulter notre code d’éthique et de déontologie.

1 responses on "STRESS ÉMOTIONNEL ET SOMATISATION"

  1. Bonjour
    Quelles sont les pré-requis pour entamer votre formation?
    J’ai un bacF3, Retraité et autodidacte ancien technicien de maintenance et ancien commercial je suis curieux de nature et intéressé par vos formations.
    Cordialement

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le NeuroCoaching au service des entreprises

             

Guy Hauray, fondateur du Neurocoaching, est un expert-conseil reconnu auprès de personnalités agissant dans différents milieux

© 2018, I.P.N.C. Tous droits réservés